Zacharie  # 1

Sœur Michèle Marchant

 

Semaine 37

Zacharie  # 1

L’année dernière, je vous ai fait faire une expérience de retraite au long de l’année. Cette année, nous poursuivrons dans la prière, mais en nous aidant chaque fois d’un personnage de l’évangile : je m’inspirerai cette année d’un livre du Père Flipo. Et nous commencerons avec Zacharie, au seuil du Nouveau Testament.

Zacharie était le type même du bon Israélite, aux yeux usés d’avoir scruté les Ecritures, et qui plus est prêtre de la classe d’Abia, époux d’Elisabeth, une descendante d’Aaron, frère de Moïse. Il assurait pour une semaine, au tour de sa classe, le service du temple, renouvelant la braise sur l’autel de l’encens dans le Saint des Saints. Mais la braise de son cœur était presque éteinte et sa pratique de la loi, après tant d’années de supplication sans effet et de service sans récompense, n’était plus qu’un devoir. Il y a longtemps qu’il avait perdu l’espoir d’une descendance, ces fils qui sont l’héritage de Yahvé. Irréprochable, il ne lui restait, en ses vieux jours, que la fidélité.

« A quoi reconnaitrai-je cela ? »

Mais voici que, debout à la droite de l’autel, lui apparut l’ange du Seigneur. « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée ; ta femme Elisabeth t’enfantera un fils, et tu l’appelleras Jean. » Jean le Baptiste, le plus grand des prophètes, le Précurseur qui marchera devant le Christ pour lui préparer un peuple bien disposé. C’était trop beau pour être vrai, trop bouleversant pour cet homme qui avait déjà pris ses mesures : « A quoi reconnaitrai-je cela ? » dit-il à l’ange.

En attendant, pour Zacharie, le signe sera d’être réduit au silence pour avoir douté. De quoi a-t-il donc douté ? Il était juste et sa prière a été exaucée. Une prière qui, sans doute, avait pour objet la venue du Messie, qu’il devait, comme grand-prêtre, demander avec ferveur. Mais il n’a pas d’abord cru qu’il était directement concerné par ce salut, et que Dieu avait besoin de lui pour accueillir et éduquer cet enfant, le Précurseur.

Zacharie muet, comme sidéré pendant ces 9 mois, dépassé par un évènement qu’il médite en son cœur sans pouvoir encore y adhérer. Et combien surpris par la visite de la petite cousine Marie et par les paroles d’accueil d’Elisabeth :

Heureuse es-tu, toi qui as cru en l’accomplissement de ce qui t’a été dit de la part du Seigneur !

Aussi, au jour de la circoncision, le père de Jean-Baptiste lui impose un nouveau nom, non pas celui de la tradition familiale, mais celui que l’ange lui avait donné : « Tu l’appelleras Jean. » c’est-à-dire Dieu est favorable. Alors rempli de l’Esprit-Saint, comme Elisabeth au jour de la Visitation, Zacharie se mit à louer Dieu.

Foi, chemin de liberté

Foi, chemin de liberté

En savoir plus


Commentaires des lecteurs

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.



Newsletter
Newsletter

Titre / Radio Grand Ciel
Artiste /

Pin It on Pinterest

Share This